Accessibilité
diminuer la taille du texte augmenter la taille du texte
Voir ensemble

Actualités générales

Mercredi 5 Avril 2017

Picasso primitif

esson Pérou, Amérique du Sud 200-900 après J.-C.  Terre cuite à décor peint
esson Pérou, Amérique du Sud 200-900 après J.-C. Terre cuite à décor peint

Toujours plus engagée à permettre aux personnes en situation de handicap visuel d’avoir accès aux œuvres d’art et aux expositions qui les présentent, Mikli Diffusion France renouvelle son soutien, débuté en 2010 avec le musée du quai Branly-Jacques Chirac à l’occasion de l’exposition PICASSO PRIMITIF, qui se tient du 28 mars au 23 juillet 2017 dans la Galerie Jardin, pour une découverte tactile renouvelée et enrichie.

À l’occasion de cette exposition majeure, Mikli Diffusion France et le musée du quai Branly - Jacques Chirac ont souhaité rendre accessible plus de contenu et en faciliter plus encore l’accès. À cet effet, une bande podotactile guide les visiteurs au travers de l’exposition à la découverte des huit interprétations tactiles d’œuvres exposées et présentées sur des pupitres spécialement conçus. Ces reliefs ont été réalisés grâce à la technologie d’impression 3D développée par la société Océ, filiale du groupe Canon, leader mondial de l’impression.

Chaque interprétation tactile est accompagnée d’un texte introductif en braille et en gros caractères, ainsi que de commentaires audio en français et en anglais pour en faciliter la découverte. Les visiteurs en situation de handicap visuel, qu’ils soient accompagnés ou non, peuvent ainsi profiter de chaque étape qui compose cette exposition et découvrir la relation entre Picasso et les arts d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et d’Asie. Par ailleurs, un livret d’accompagnement en braille, pouvant être consulté pendant ou après la visite, est mis à la disposition des visiteurs. Il présente les différentes sections de l’exposition pour leur permettre de mieux en appréhender le parcours et ses enjeux.

L’exposition

L’exposition est divisée en deux sections distinctes. La première, organisée en une chronologie stricte et rigoureuse permet aux visiteurs de découvrir, grâce à des documents, des lettres, des photographies et des objets que Pablo Picasso a possédés, les relations qu’il a entretenu sa vie durant avec les arts non-occidentaux. Deux interprétations tactiles viennent ponctuer cette section de l’exposition. Le public peut d’abord découvrir l’interprétation tactile d’un masque Krou, objet en bois peint datant du début du XXe siècle, autrefois attribué aux peuples Grebo/Wobé de Côte d’Ivoire, dont Pablo Picasso est entré en possession en 1912, puis celle de la tête royale d’Oba, un objet en bronze datant de la moitié du XIXe siècle, de l’ancien royaume du Bénin, aujourd’hui situé au Nigeria, que Picasso a acquise en 1944.

La seconde section, qui occupe spatialement la plus grande partie de l’exposition fait ensuite dialoguer à l’image d’un corps à corps l’extraordinaire richesse des œuvres de Picasso avec celles, non moins riches, des artistes non occidentaux. Les trois parties qui composent cette section, Archaïsmes, Métamorphoses et Ça, posent des questionnements auxquels les artistes ont répondu par des solutions plastiques convergentes. Dans chacune de ces trois parties, le public peut découvrir l’interprétation tactile d’une œuvre de Picasso et celle de l’œuvre non occidentale qui a influencé sa création.

Afin de mettre en évidence le dialogue entre ces deux œuvres d’art, elles sont situées sur deux pupitres placés l’un contre l’autre. Cette relation étant davantage basée sur une approche conceptuelle que sur des constats de relations esthétiques, les commentaires audio sont indispensables pour comprendre ce qui lie ces œuvres.


site internet du musée

Retour à l'accueil
©2012-2017 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
Mentions légales | Plan du site